unesco_mp_head

PATRIMOINE MONDIAL PYRÉNÉES-MONT PERDU

Qu'est-ce que le patrimoine culturel immatériel?

Ce que l'on entend par «patrimoine culturel» a changé de manière considérable au cours des dernières décennies, en partie du fait des instruments élaborés par l'UNESCO. Le patrimoine culturel ne s'arrête pas aux monuments et aux collections d'objets. Il comprend également les traditions ou les expressions vivantes héritées de nos ancêtres et transmises à nos descendants, comme les traditions orales, les arts du spectacle, les pratiques sociales, rituels et événements festifs, les connaissances et pratiques concernant la nature et l'univers ou les connaissances et le savoir-faire nécessaires à l'artisanat traditionnel.

Bien que fragile, le patrimoine culturel immatériel est un facteur important du maintien de la diversité culturelle face à la mondialisation croissante. Avoir une idée du patrimoine culturel immatériel de différentes communautés est utile au dialogue interculturel et encourage le respect d'autres modes de vie.

L'importance du patrimoine culturel immatériel ne réside pas tant dans la manifestation culturelle elle-même que dans la richesse des connaissances et du savoir-faire qu'il transmet d'une génération à une autre. Cette transmission du savoir a une valeur sociale et économique pertinente pour les groupes minoritaires comme pour les groupes sociaux majoritaires à l'intérieur d'un État, et est tout aussi importante pour les pays en développement que pour les pays développés.

Le patrimoine culturel immatériel est :

  • Traditionnel, contemporain et vivant à la fois: le patrimoine culturel immatériel ne comprend pas seulement les traditions héritées du passé, mais aussi les pratiques rurales et urbaines contemporaines, propres à divers groupes culturels.
  • Inclusif: des expressions de notre patrimoine culturel immatériel peuvent être similaires à celles pratiquées par d'autres. Qu'elles viennent du village voisin, d'une ville à l'autre bout du monde ou qu'elles aient été adaptées par des peuples qui ont émigré et se sont installés dans une autre région, elles font toutes partie du patrimoine culturel immatériel en ce sens qu'elles ont été transmises de génération en génération, qu'elles ont évolué en réaction à leur environnement et qu'elles contribuent à nous procurer un sentiment d'identité et de continuité, établissant un lien entre notre passé et, à travers le présent, notre futur. Le patrimoine culturel immatériel ne soulève pas la question de la spécificité ou de la non-spécificité de certaines pratiques par rapport à une culture. Il contribue à la cohésion sociale, stimulant un sentiment d'identité et de responsabilité qui aide les individus à se sentir partie d'une ou plusieurs communautés et de la société au sens large.
  • Représentatif: le patrimoine culturel immatériel n'est pas seulement apprécié en tant que bien culturel, à titre comparatif, pour son caractère exclusif ou sa valeur exceptionnelle. Il se développe à partir de son enracinement dans les communautés et dépend de ceux dont la connaissance des traditions, des savoir-faire et des coutumes est transmise au reste de la communauté, de génération en génération, ou à d'autres communautés.
  • Fondé sur les communautés: le patrimoine culturel immatériel ne peut être patrimoine que lorsqu'il est reconnu comme tel par les communautés, groupes et individus qui le créent, l'entretiennent et le transmettent ; sans leur avis, personne ne peut décider à leur place si une expression ou pratique donnée fait partie de leur patrimoine.

The Convention for the Safeguarding of the Intangible Cultural Heritage affirms that the intangible cultural heritage is manifested, in particular, in the following areas:

  • oral traditions and expressions, including language as a vehicle of intangible cultural heritage;
  • performing arts;
  • social uses, rituals and festive acts;
  • knowledge and uses related to nature and the universe;
  • traditional craft techniques.

Most of the States that have begun to identify the ICP in their territory distinguish areas that differ, to a greater or lesser extent, from the list established in the Convention. In some cases the distribution of the areas is different, while in others the areas are practically the same, but their denomination differs.

Given that the list of areas included in the Convention is not intended to be exhaustive or exclusive, it is possible that the Intergovernmental Committee may decide in due time to expand the number of areas, or make explicit mention of sub-areas within those already established. The latter could apply to (sub) areas such as, for example, "traditional games", "culinary traditions", "livestock", "pilgrimages" or "places of memory", all categories that have already been used in one or more inventories of the States Parties to the Convention.

Spain ratified the Convention for the Safeguarding of the Intangible Cultural Heritage in 2006 and since then a very active work has been carried out, with the result of eleven manifestations inscribed in the Representative List of the Intangible Cultural Heritage and three projects inscribed in the Register of Good practices of Safeguarding the Intangible Cultural Heritage of Humanity, thus becoming the fourth country with the most recognized elements.

With the desire to fulfill the objectives of the Convention for the Safeguarding of the Intangible Cultural Heritage of 2003, work began on a system to safeguard the Intangible Cultural Heritage that in 2011 was materialized in the National Plan of Intangible Cultural Heritage.